Assurance bris de machine et déclaration du risque

Le 17 janvier 2019, la deuxième chambre civile de la Cour de cassation a prononcé (n° 15-18.514) la nullité du contrat d’assurance pour fausses déclarations intentionnelles, se basant sur les déclarations spontanées effectuées par l’assuré lors de la souscription du contrat. Une analyse de Romain Bruillard, avocat au cabinet PHPG.

Partager
Assurance bris de machine et déclaration du risque
Romain BRUILLARD, Avocat au Cabinet PHPG

Les faits

S’il fallait trouver une morale à chaque arrêt, celui commenté serait : « Assuré, ne répondez que quand on vous interroge. » En l’espèce, une société exploite plusieurs éoliennes et souscrit une assurance bris de machine. Elle remet alors un dossier technique contenant un descriptif des éoliennes de la société Lagerwey qui bénéficie d’une grande notoriété dans ce domaine. Par la suite, une éolienne s’effondre et l’assureur refuse sa garantie en se prévalant d’une fausse déclaration intentionnelle, l’éolienne litigieuse n’ayant été ni produite ni assemblée par la société Lagerwey.

La décision

Pour approuver l’arrêt d’appel d’avoir prononcé la nullité du contrat d’assurance, la Cour de cassation retient que la fausseté des déclarations de l’assuré peut être déduite des déclarations spontanées effectuées lors de la souscription de sa police. Si la question du maintien de cette solution s’était posée à la suite du prononcé de l’arrêt rendu par une chambre mixte limitant la faculté pour l’assureur de se prévaloir d’une fausse déclaration de l’assuré aux seules réponses qu’il a fournies au questionnaire, la Haute juridiction entend continuer à sanctionner les déclarations spontanées de l’assuré qui seraient erronées (voir en ce sens : Civ. 2e, 4 fév. 2016, n° 15-13850).

À retenir

Selon la Cour de cassation, les déclarations spontanées erronées et de mauvaise foi peuvent conduire à la nullité du contrat.

 

le commentaire

De prime abord, il paraît logique de sanctionner de telles déclarations faites par un assuré même si elles ne procèdent pas de réponses à des questions. En effet, à défaut, cela serait une certaine prime à la mauvaise foi. Cependant, la seule preuve de la fausseté des déclarations de l’assuré ne suffit pas, encore faut-il démontrer que ces déclarations spontanées ont joué un rôle dans l’appréciation du risque par l’assureur. En effet, la sanction prévue par l’article L. 113-8 du code des assurances ne s’applique que si la fausse déclaration « change l’objet du risque ou en diminue l’opinion pour l’assureur ».

Pour revenir à l’arrêt, il fallait démontrer que le fait que l’assuré ait prétendu que ses éoliennes avaient été fabriquées par la société Lagerwey a eu un impact sur le montant de la prime. Or, si l’identité du fabriquant des éoliennes assurées était importante, pourquoi l’assureur n’avait-il pas posé de question à ce titre dans son questionnaire ? D’ailleurs, c’était l’une des branches du pourvoi qui soutenait que l’assureur était animé par la volonté de pénétrer le marché de l’assurance des éoliennes et qu’il n’aurait pas modifié les conditions tarifaires de la garantie s’il avait été informé de la composition exacte de l’éolienne litigieuse.

Dans l’arrêt commenté, la Cour de cassation insiste sur la mauvaise foi de l’assuré au détriment de toute recherche sur l’impact qu’a pu avoir la fausse déclaration sur la détermination du montant de la prime. Or il s’agit de deux conditions cumulatives qui ne sauraient être confondues. Alors, dans le doute, mieux vaut éviter les déclarations spontanées et ne répondre qu’aux seules questions posées par l’assureur.

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

Sujets associés

NEWSLETTER La matinale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Tous les événements

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Marie-Eve Saint-Cierge Lovy, Apicil 2023

Marie-Eve Saint-Cierge Lovy, Apicil 2023

Apicil

Directrice de la relation client groupe

Julien Remy, MIP 2021

Julien Remy, MIP 2021

Mutuelle de l’Industrie du Pétrole

Directeur général adjoint

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Groupe Colonna

Directeur général

Astrid Cambournac, SPVie 2022

Astrid Cambournac, SPVie 2022

SPVie

Secrétaire générale

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Trouvez les entreprises qui recrutent des talents

La Mutuelle Générale

RESPONSABLE DE DEPARTEMENT IMMOBILIER- (H/F)

La Mutuelle Générale - 06/01/2023 - CDI - Paris - 13ème arrondissement

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

02 - Villers-Cotterêts

Assurance des prestations statutaires CNRACL

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS